NOS AMBITIONS POUR LAUSANNE

Ambition 4

Une population en pleine santé

Y’a pas de mal à se faire du bien

Lausanne, demain

Qui dit qualité de vie plus agréable dit meilleure santé.

Grâce à une alimentation issue de l’agriculture locale, un régime peu carné et une activité physique régulière, la santé des Lausannoises et Lausannois est en constante amélioration. Comme le trafic a quasi disparu, et avec lui le bruit et la pollution, les habitant·e·s peuvent déambuler dans des rues paisibles. Sans nuisances sonores, ils et elles jouissent d’un sommeil reposant et ressentent moins de stress, ce qui est bénéfique pour leur santé mentale.

Les centres culturels, sportifs et de quartier sont des lieux de vie pris d’assaut par une population qui aime s’y rencontrer, y échanger et y débattre.

Il va de soi que les problèmes de dépendances ne sont pas oubliés: les personnes qui en souffrent sont accompagnées et des mesures de santé sociale efficaces contribuent à prévenir les addictions.

Les Lausannois·e·s savent vivre en prenant soin des un·e·s et des autres.

4.1 ALIMENTATION ÉQUITABLE

Ce que nous mangeons à un impact sur notre santé. L’industrie alimentaire truffe ses produits de sucre, de sel, de graisses, d’additifs et de conservateurs qui favorisent directement le développement de maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou encore les maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC). Ce que nous mangeons a aussi un impact direct sur l’environnement. Face à la puissance commerciale et publicitaire de cette industrie, les communes doivent proposer des alternatives locales, de qualité et accessibles.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Soutenir la promotion d’une alimentation équilibrée et moins carnée dans les écoles auprès des infirmier·ère·s scolaires en prenant en compte la santé, mais aussi ses conséquences sur l’environnement et le bien-être animal.
  • Encourager l’activité d’associations favorisant une éducation au goût et à la cuisine, comme “Lausanne à Table”, la “Semaine du Goût” et “Février sans supermarché”, et œuvrant pour diminuer la consommation de produits d’origine animale.
  • Lors des événements organisés par ou sous l’égide de la Ville, promouvoir un choix alimentaire sain et équilibré, en favorisant des aliments produits localement et de manière artisanale et en limitant les produits d’origine industrielle ou animale.
  • Favoriser l’accès à l’eau en augmentant le nombre de fontaines à eau potable en ville et en offrant des toilettes publiques propres, accessibles et confortables.
  • Limiter la présence des chaînes de restauration rapide en ville.
  • Supprimer les distributeurs de boissons et snacks sucrés dans les écoles et proposer une alternative avec des boissons et snacks sains, en collaboration avec des producteurs·trices locaux·cales.
  • Réduire fortement la consommation de viande et de produits industriels dans la restauration collective et les établissements détenus par la Ville.
  • Encourager les restaurateur·trice·s, dont les établissements en mains de la Ville, à adopter des labels pour proposer des plats équilibrés et aux impacts réduits sur l’environnement, notamment par la diminution des aliments d’origine animale.
  • Accroître la transparence et l’information sur les conséquences environnementales de l’alimentation proposée par la Ville ou par les établissements qu’elle possède.
  • Augmenter le nombre de journées sans viande ni poisson dans les cantines et réfectoires communaux et leur approvisionnement en produits locaux et bio.

4.2 AGRICULTURE URBAINE

Les Vert·e·s veulent développer une viticulture et une agriculture de proximité et bio et faire de Lausanne une “ville comestible” exemplaire. Tant les parcelles sur le territoire communal que les parcelles agricoles et viticoles propriétés de la Ville doivent devenir un exemple à suivre pour la production respectueuse de l’environnement et l’utilisation de circuits courts pour favoriser la consommation locale et de saison. Les producteurs·trices locaux·cales doivent pouvoir vivre dignement de leur travail et se sentir soutenu par la Ville comme par les consommateurs·trices.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Encourager l’agriculture et la viticulture de proximité et bio, voire biodynamique, à travers les coopératives de producteurs·trices ou de client·e·s au moyen d’un appui logistique ou de la mise à disposition de terrains ou locaux.
  • Multiplier les marchés décentralisés dans les quartiers, adaptés aux nouvelles habitudes des consommatrices et consommateurs (par exemple marchés du soir).
  • Encourager les marchés couverts et aider les marchés existants à se renforcer par la création d’un pôle de gestion des marchés indépendant, à l’écoute et en collaboration avec des agriculteurs·trices, des artisan·e·s locaux·cales et des habitant·e·s.
  • Favoriser les circuits courts en mettant en place une aide à la commercialisation et à la vente pour les agriculteurs·trices et viticulteurs·trices des domaines de la Ville.
  • Encourager la transformation locale de fruits, légumes et céréales en finançant ou facilitant des installations communes (pressoirs, moulins, machines d’embouteillage et d’ensachage, fours publics, etc.).
  • Valoriser les filières de production de semences et de plantons locaux ainsi que d’anciennes variétés indigènes et l’échange de graines (grainothèques, bourses d’échange).
  • Soutenir les initiatives citoyennes d’agriculture urbaine ou de permaculture et la création de poulaillers communautaires.
  • Protéger et valoriser les sols fertiles en dézonant des terres de qualité (SDA) en périphérie.
  • Planter des vergers haute tige dans les parcs et les espaces publics, voire privés, et réaliser des parcs d’agglomération qui concilient la production agricole et le délassement de la population (Rovéréaz, Blécherette, Jorat, etc.).
  • Limiter l’utilisation de l’eau pour le nettoyage du domaine public et inciter les habitant·e·s, l’Administration et l’industrie à économiser et à recycler l’eau.

4.3 QUARTIERS VIVANTS

C’est à l’échelle du quartier que la qualité de vie peut être le plus concrètement soutenue et améliorée: par des aménagements urbains de qualité bien sûr, mais aussi par des mesures plus transversales qui garantissent l’accès à des loisirs et les échanges entre voisins. Plus un quartier proposera une offre d’activités et des possibilités de rencontre variées, plus la qualité de vie de ses habitant·e·s sera élevée.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Augmenter les horaires d’ouverture des infrastructures publiques, comme les piscines ou les bibliothèques de quartier, et développer l’offre.
  • Développer les accès aux zones de loisirs (Ouchy, Sauvabelin, Chalet-à-Gobet, etc.).
  • Soutenir concrètement les systèmes d’échanges entre voisin·e·s.
  • Garantir une offre culturelle sur l’ensemble du territoire lausannois, en proposant des formes participatives et collaboratives de médiation et de valorisation.
  • Installer de nouveaux points d’accès au lac pour la nage et la détente.
  • Pérenniser la fermeture des quais d’Ouchy à la circulation motorisée pour en faire une zone de sport, de promenade, de baignade et de contemplation.
  • Planifier et aménager la ville pour qu’elle favorise l’activité physique et les rencontres : signalétique urbaine qui indique les temps de parcours à pied, installations sportives et de jeux pour les adultes dans les parcs, cartographie des espaces sportifs et de partage, etc.
  • Créer des pistes vita, d’entraînement et des parcours fléchés dans les quartiers.

4.4 PROMOTION DE LA SANTÉ

Mieux vaut prévenir que guérir! La crise du coronavirus a montré que les personnes présentant déjà des fragilités dans leur santé sont les plus exposées. Les Verts·e·s veulent favoriser les mesures qui permettent de garder les gens en santé. L’environnement et la santé sont intimement liés: la santé, physique et psychique, doit être favorisée transversalement, au plus proche des gens, car les choix qui favorisent ou non la santé sont liés au milieu dans lequel nous vivons. Tout comme le corps, l’esprit a besoin d’être considéré dans les questions de santé publique. Le manque de sommeil est l’une des premières causes de mauvaise santé dans les sociétés occidentales. Cela influence directement la santé mentale, les problèmes de surpoids, la prise de médicaments, les accidents. Les premières causes de cette privation de sommeil sont la lumière et le bruit.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Obtenir 3 étoiles avec le label “Commune en santé” de Promotion Santé Suisse.
  • Multiplier les événements de la Ville incitant à l’activité physique.
  • Populariser les initiatives type Urban training ou les activités comme le parkour, communautaire, sans esprit de compétition.
  • Participer au programme “Thrives”, le réseau international de villes qui s’engagent en faveur de la santé mentale de leurs habitant·e·s.
  • Mettre en place un réseau de bénévoles en santé publique, formé·e·s à reconnaître les signes de détresse psychique et émotionnelle et à soutenir les personnes qui les présentent.
  • Lancer une campagne de sensibilisation aux conséquences de l’exposition aux écrans lumineux.
  • Lutter contre le bruit de la circulation par des zones de réduction ou d’interdiction de trafic et par des radars bruit permettant de décourager massivement les comportements motorisés bruyants.
  • Mesurer la pénétration de l’éclairage public dans les habitations et adapter le Plan lumière en conséquence.
  • Proposer des séances de préparation au sommeil, sur le même modèle que les Urban training offerts par la Ville en été.
  • Offrir des consultations sommeil et santé mentale à la population.

4.5 SPORT DÉMOCRATISÉ

La vie des quartiers, la culture et les sports renforcent non seulement la cohésion sociale, mais améliorent aussi la qualité de vie. En sa qualité de capitale olympique, la ville doit permettre à tout·e·s de vibrer pour le sport d’élite et renforcer le lien entre ses clubs phares et la population. Mais les Vert·e·s veulent mettre la priorité sur la contribution des dizaines d’associations sportives présentes sur son territoire, qui méritent d’être valorisées, mises en réseaux et soutenues. L’objectif est aussi d’améliorer l’accessibilité du sport pour tou·te·s, tant concernant les infrastructures que les manifestations.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Mettre à disposition de la population, à des prix accessibles pour toutes et tous, des équipements sportifs de qualité et pour tous les genres et tranches d’âge.
  • Obtenir la participation des grandes associations et fédérations sportives sises sur le territoire communal à la mise à disposition et/ou au financement d’infrastructures sportives pour la population.
  • Créer des séances d’initiation aux différents sports pour la population et offrir des séances d’entraînement gratuites en plein air dans chaque quartier.
  • Exiger des manifestations soutenues par la Ville et des associations qui y ont leur siège des engagements forts en faveur de la durabilité et d’une neutralité carbone en 2030.
  • S’assurer de la transparence dans la gestion des grandes infrastructures, manifestations et clubs sportifs lausannois et de l’agglomération lausannoise.
  • Renforcer les liens et la collaboration de la capitale olympique avec les hautes écoles pour la création de formations pour un sport propre, éthique et durable.
  • Participer à la mise en oeuvre du projet « Cluster du sport international », qui met en réseau le monde économique, académique, de la santé et des organisations sportives, pour qu’il intègre les valeurs de sports respectueux de l’égalité, des minorités et de l’environnement.

4.6 POLITIQUE DE DROGUES COHÉRENTE

Confrontées directement aux conséquences des addictions, les villes ont toujours été pionnières pour faire face à la problématique de la consommation de drogues, licites et illicites, et chercher des solutions pragmatiques et tournées vers l’avenir. Le système de pseudo-répression actuel ne fonctionne pas et la libéralisation dans le marché libre à la californienne ne présage pas une solution idéale non plus. Pour les Vert·e·s, Lausanne doit donc regarder les réalités en face et avoir le courage de traiter toutes les drogues, légales comme illégales, de façon cohérente. Ainsi, il est bon de rappeler que le tabagisme est responsable de la majorité des décès évitables et que la consommation excessive d’alcool est l’une des causes principales de décès prématurés et d’atteinte à la santé. Toutes les drogues doivent donc être traitées avec le même objectif de préserver la santé, de prévenir et de réduire les risques, en accompagnant les personnes en situation de dépendance.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Réduire la publicité pour le tabac et l’alcool.
  • Limiter la visibilité de ces industries lors de manifestations publiques tels que des festivals ou des manifestations sportives.
  • Établir des espaces sans fumée aux abords des places de jeux et des écoles et favoriser les loisirs sans fumée.
  • Encourager l’établissement d’espaces sans fumée sur les terrasses des bars et restaurants ainsi que dans des lieux publics.
  • Favoriser l’accès à l’information et à la prévention sur la consommation d’alcool et de tabac dans le cadre d’événements publics.
  • Renforcer la prévention en tenant compte de la réalité vécue par les consommatrices et consommateurs, en touchant toutes les sources d’addiction et les drogues, légales comme illégales.
  • Permettre les tests de drogues dites festives sur place, pour informer les consommatrices et consommateurs de ce qu’elles contiennent et, le cas échéant, avec quoi elles ont été coupées.
  • Participer rapidement aux tests de distribution de cannabis récréatif, maintenant permis par la Loi sur les stupéfiants, en s’assurant que ces tests seront effectués au plus près de la réalité du marché.
  • Évaluer l’utilité et l’efficacité du local de consommation sécurisé, notamment pour étendre son horaire et envisager l’ouverture d’un éventuel deuxième local.
  • Réactiver le groupe de réflexion interpartis sur les drogues pour trouver des solutions rapides et pragmatiques en collaboration avec les milieux spécialisés.

REJOIGNEZ LA VAGUE VERTE!

Engagez-vous, VOUS AUSSI,
pour plus de justice climatique,
pour plus de justice sociale!

Suivez nos actus sur les réseaux sociaux!