NOS AMBITIONS POUR LAUSANNE

Ambition 2

La justice sociale et l'égalité

Ville plurielle, égalité réelle

Lausanne, demain

Les Lausannois·e·s aiment leur ville. Ils et elles s’y sentent bien, intégré·e·s, respecté·e·s.

Les discriminations ethniques, identitaires, de genre ou d’origine sociale semblent absurdes tant elles appartiennent à un temps révolu. L’entraide entre les personnes, entre les générations, entre les cultures et les origines va de soi, tout comme l’égalité des chances. La solidarité est un principe: les réseaux de soutien aux personnes les plus âgées ou vulnérables fonctionnent et tissent le lien social. Les personnes en situation de handicap doivent bénéficier d’une politique d’inclusion active. À l’écoute de chacun·e, la police de proximité est garante de la cohésion sociale et apaise les rares tensions.

Dans leur temps libre, les habitant·e·s profitent des nombreux centres culturels et sportifs mis à leur disposition. Largement démocratisés et accompagnés, ils sont des outils qui favorisent l’intégration et qui concrétisent le concept de « vivre ensemble ».

À Lausanne, tout le monde a sa place.

2.1 ÉGALITÉ CONCRÈTE

Les discriminations liées au genre, à l’identité de genre et à l’orientation sexuelle sont toujours très présentes dans notre société. La Ville doit accélérer et intensifier ses efforts pour garantir l’égalité, en luttant contre le sexisme et toutes les discriminations liées au genre et à l’expression de genre. Les femmes et les membres de la communauté LGBTIQ+ doivent trouver en la Ville une alliée infaillible dans la lutte pour les droits et les libertés de tous les genres. La conciliation entre vie privée et vie professionnelle doit être rendue possible. Les Vert·e·s souhaitent que l’égalité soit une valeur cardinale dans tous les
aspects auxquels touchent les activités de la Ville. Une politique active d’écoute et de soutien, de visibilisation dans l’espace public, de sensibilisation tant globale que cible de la population et de défense active contre les discriminations doit être menée afin de garantir à chacune et chacun les mêmes chances et le même respect.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Renforcer la lutte contre les violences domestiques et les agressions liées au genre, à l’identité de genre et l’orientation sexuelle dans l’espace public, en collaboration avec le monde de la nuit (prévention, formation de la police, refuges, formations du personnel de sécurité, etc).
  • Prévenir les discriminations de genre et d’identité de genre et orientation sexuelle en menant des campagnes de sensibilisation visant à mettre en lumière les violences (verbales ou physiques), les discriminations ou les inégalités subies par les femmes et les personnes LGBTIQ+.
  • Mener une campagne de lutte contre les stéréotypes de genre et d’identité de genre et orientation sexuelle lors des choix professionnels et de formation.
  • Mettre en place des outils de budgétisation sexospécifique (gender budgeting) afin de mettre en évidence les effets sur l’égalité femmes-hommes dans le processus budgétaire.
  • Recenser les cas de violences homo et transphobes rapportés à la police.
  • Mettre à disposition des espaces et des contacts privilégiés pour les victimes d’agression ou de discrimination ou pour toute personne exclue de son cercle familial ou social pour cette raison, en proposant notamment des refuges pour jeunes LGBTIQ+ exclu·e·s de leur famille.
  • Encourager et soutenir les initiatives de lutte contre l’homophobie, la transphobie et toutes les inégalités liées aux problématiques LGBTIQ+.
  • S’assurer que les droits des parents LGBTIQ+ soient respectés au même titre que les parents hétérosexuels au niveau de la commune. Neutraliser les références aux parents dans les rapports et les documents communaux en préférant les mentions « parent 1 et parent 2 » afin d’intégrer les autres modèles familiaux et diminuer les stéréotypes de genre liés aux rôles de chaque parent.
  • Devenir une administration exemplaire qui favorise la conciliation travail-famille: davantage de job-sharing, particulièrement pour les postes à responsabilités, et possibilité de travail à temps partiel pour les hommes également.
  • Développer les crèches et l’accueil en milieu scolaire pour que les listes d’attente disparaissent, par exemple grâce à la mise en oeuvre d’activités de qualité dans l’application de l’école à journée continue.
  • Renforcer la lutte contre les discriminations salariales au sein de l’Administration et des organismes subventionnés en intégrant des exigences dans les appels d’offres publics. Inciter et sensibiliser le secteur privé.
  • Se joindre à la lutte contre la taxe rose et offrir des prestations la compensant (par exemple, la mise à disposition de protections hygiéniques dans les écoles et les administrations).
  • Créer un endroit de mémoire pour les victimes de la chasse aux sorcières, particulièrement longue et meurtrière à Lausanne.
  • Améliorer la visibilité des femmes, des personnes LGBTIQ+ et des personnes en situation de handicap dans la communication de la Ville et dans l’espace public (représentativité dans les visuels de la Ville, révision de la signalétique, amélioration du langage épicène, etc.).
  • Augmenter les rues et places se référant à des noms de femmes.
  • Appliquer un objectif d’égalité dans toutes les activités de la Ville, du choix des oeuvres pour le Fonds des arts plastiques à l’utilisation de l’écriture épicène.
  • Travailler avec le Canton pour renforcer l’éducation sexuelle dès le plus jeune âge avec une orientation anti-sexiste, anti-raciste et sensible aux questions LGBTIQ+.

2.2 DIVERSITÉ CÉLÉBRÉE

Notre vie en ville est riche des échanges entre les origines, les générations, les cultures. Mais la diversité ne va pas de soi : elle doit être cultivée et accompagnée pour garantir le respect entre toutes et tous. La Ville doit œuvrer aux côtés des populations précarisées: en favorisant l’intégration des populations migrantes et en améliorant leur accueil, en luttant contre l’isolement, la pauvreté et les discriminations. La Ville doit garantir des structures et une administration qui favorisent la solidarité, la redistribution des richesses, l’intégration et le plaisir de vivre ensemble. Nous voulons lutter contre le racisme. Nous faisons de la cohabitation entre les cultures, les âges, les modes de vie et les différences une priorité dans les projets de la Ville, qu’il s’agisse d’imaginer un nouveau quartier ou de financer un projet culturel. Rendre la ville accessible à toutes et à tous est une nécessité, et nous devons veiller à intégrer la vie sociale des personnes à mobilité réduite.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Relier les lieux de la ville en forte pente par des ascenseurs avec utilisation privilégiée pour les personnes en situation de handicap.
  • Créer des places de jeux accessibles aux enfants et aux parents en situation de handicap.
  • Inciter à l’embauche des personnes en situation de handicap et aménager des espaces et horaires afin de faciliter leur intégration dans le monde du travail.
  • Faire reconnaître les parcours professionnels atypiques.
  • Mettre à disposition les ressources de l’Administration dans de nombreuses langues, y compris en langue des signes, en braille et en langage simplifié.
  • Lutter contre le racisme structurel par des campagnes de sensibilisation, la formation de l’Administration – en particulier la police et la chaîne judiciaire – et en soutenant les associations de la société civile.
  • Instaurer une aide à l’installation, avec des procédures claires et traduites en plusieurs langues.
  • Favoriser l’implication civique des étrangères et étrangers et l’augmentation de leur taux de participation dans les scrutins communaux.
  • Encourager et faciliter les procédures de naturalisation.
  • Appuyer les initiatives des associations visant la découverte et le partage des cultures d’origine.
  • Accueillir, en concertation avec les autres villes, un certain nombre de réfugié·e·s bloqué·e·s aux frontières européennes.
  • Encourager l’intégration et le travail des personnes sans papiers ou au bénéfice d’autorisations de séjour précaires, en particulier via la scolarisation et des conditions de travail dignes.
  • Favoriser l’intégration des personnes étrangères immigrées, notamment grâce au renforcement des cours de langue.
  • Œuvrer à l’accueil digne des gens du voyage.
  • Mettre à disposition des travailleuses et travailleurs du sexe un lieu du type « salon de prostitution », leur permettant une pratique en toute sécurité et leur garantissant des minima de confort et d’hygiène, avec la collaboration et le soutien des associations de terrain.
  • Réaménager et agrandir le périmètre de prostitution pour davantage de sécurité.
  • Renforcer les contacts entre les autorités et les travailleuses et travailleurs du sexe ainsi qu’avec les associations de terrain, afin d’assurer leur sécurité.
  • Assurer un accueil de jour comme de nuit, toute l’année, pour toutes les personnes vivant dans la rue.
  • Favoriser les échanges intergénérationnels, par exemple en créant des espaces d’accueil de jour mixte pour les enfants et les séniors.
  • Développer la construction de logements pour les séniors, mais aussi les nouvelles formes de logements coopératifs entre les générations pour favoriser le lien social.
  • Renforcer les aides au domicile, notamment de livraison et de soutien moral, pour soutenir les personnes âgées et les personnes seules.
  • Mettre en place un monitoring de la pauvreté et établir des mesures de lutte contre la pauvreté, avec un calendrier de mise en œuvre.
  • Créer des ateliers pour accompagner les personnes qui en auraient besoin dans leurs démarches avec l’Administration.
  • Mieux informer la population sur ses droits en matière d’aides sociales et proposer un accompagnement dans ces démarches, en particulier pour les subsides aux primes maladie.

2.3 ÉCONOMIE SOLIDAIRE

Les Vert·e·s sont pour une économie durable, porteuse de sens qui inclut les dimensions sociétales et environnementales au cœur de son modèle. Cela nécessite une réorganisation des activités économiques et un changement de paradigme vers une économie post-croissance dite inclusive : durable, équitable, participative, solidaire et régénératrice du capital naturel. Ces changements mènent de fait à un tissu économique local plus résilient, capable de réagir rapidement et plus facilement lors de crises économiques, telle que celle que nous connaissons avec le coronavirus et ses conséquences. C’est aussi la promesse de davantage d’emplois, d’une meilleure répartition des richesses, d’un meilleur équilibre entre travail et vie privée et d’un environnement florissant. Nous nous engageons à accompagner les acteurs·trices économiques lausannois·e·s dans ce changement de paradigme: des indépendant·e·s, en passant par les PME et jusqu’aux multinationales établies à Lausanne.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Rendre les transports individuels motorisés une exception au centre-ville et décourager drastiquement leur utilisation dans tout le reste de la ville.
  • Créer de nouveaux marchés de producteurs·trices et artisan·e·s locaux·cales dans différents quartiers de la ville.
  • Soutenir les entreprises et associations favorisant l’économie de partage, la réutilisation et la réparation et luttant contre l’obsolescence programmée.
  • Augmenter le nombre et la taille des terrasses d’établissements privés sur le domaine public.
  • Faire de Lausanne une destination phare du tourisme vert en valorisant le patrimoine naturel, l’information, la communication et la sensibilisation à l’environnement ainsi que les possibilités d’accès à la ville respectueuses de l’environnement.
  • Mettre en place et soutenir des lieux de partage d’objets.
  • Favoriser l’utilisation temporaire de locaux vides avec des contrats de bail à durée déterminée pour des associations et coopératives à but non lucratif.
  • Inviter les multinationales, associations ou fédérations sportives et institutions financières ou de trading installées sur le territoire à rendre des comptes sur leurs politiques environnementales et éthiques, en Suisse comme ailleurs.
  • Faire de l’agglomération lausannoise un pôle économique soutenant les acteurs·trices économiques (start-ups, indépendant·e·s, PME, multinationales,…) respectueux·euses de l’environnement et de l’humain. Tout particulièrement celles et ceux qui ont mis en place une forme de gouvernance prenant en compte les 14 normes sociétales et environnementales dans leur modèle d’affaires
    (coopératives, entrepreneuriat social).
  • Soutenir les entreprises formatrices et mettre en avant ces critères dans les adjudications afin de les favoriser dans l’attribution des marchés publics.
  • Encourager les formations et reconversions professionnelles en faveur d’une économie locale et durable dans les ORP, nécessaires pour quitter certains secteurs économiques dommageables à la société et à l’environnement.
  • Proposer un revenu de transition écologique comme mesure d’accompagnement dans les projets concrets de reconversion.
  • Limiter au strict minimum le trafic automobile au centre-ville, à 30 km/h et avec des sens uniques lorsqu’il est indispensable.

2.4 CULTURE ÉQUITABLE

Une vie culturelle riche et diversifiée, telle qu’en dispose Lausanne, est essentielle dans une démocratie plurielle. La culture offre un espace indispensable à la réflexion, à la rêverie, à la contemplation, à la confrontation, à l’émerveillement. Elle est garante de notre patrimoine, de notre histoire et participe à construire notre avenir. Le domaine de la culture fait face à des défis majeurs dans les années à venir. Le Covid-19 l’a fragilisé à tous les niveaux, accéléré les effets de la numérisation et exacerbé la précarité d’un grand nombre d’artistes et acteurs·trices culturel·le·s. Les Vert·e·s s’engagent pour permettre à
ce secteur indispensable de traverser cette crise, et en tirer des leçons essentielles pour développer une culture plus forte, durable et diversifiée sur le long terme.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Développer la diversité culturelle et renforcer l’accès à la culture.
  • Soutenir les initiatives d’accès à la culture, en particulier pour les jeunes adultes, les retraité·e·s, les nouvelles et nouveaux habitant·e·s ainsi que les personnes au revenu modeste.
  • Faire évoluer la politique culturelle de la Ville vers une prise en considération plus large de la diversité culturelle au sein de la population et une meilleure valorisation de formes artistiques et de champs culturels marginalisés ou déconsidérés, comme par exemple la culture hip-hop, le street art, le clubbing, l’art queer, la littérature ou le cinéma de genre, la culture science-fiction et fantastique, le gaming, etc.
  • Renforcer la collaboration entre le Service de la culture et les associations professionnelles pour garantir la mise en oeuvre d’une politique culturelle cohérente avec les besoins et les réalités des milieux  concernés.
  • Garantir de bonnes conditions salariales et prévenir la précarité des acteur·trice·s culturel·le·s, notamment par le biais de critères de subvention transparents.
  • Donner les moyens au secteur culturel, largement dépendant des collectivités publiques, de réduire son empreinte carbone et de développer des pratiques durables.
  • Harmoniser les différents services de la Municipalité pour que le soutien aux manifestations et événements culturels soit cohérent et que les subventions du Service de la culture aillent de pair avec une coopération bienveillante et une flexibilité accrue des autres services concernés par les activités culturelles, particulièrement la PolCom, le SPADOM et les SIL.
  • Se positionner en tant que « ville de la bande dessinée » avec la création d’un centre de compétence et la valorisation du Fonds BD de la Ville (parmi l’un des plus précieux au monde). Soutenir le festival BDFIL dans son développement indispensable et participer aux efforts de différentes villes suisses pour une meilleure reconnaissance du neuvième art au niveau national.
  • S’assurer de la diversité des artistes au sein des oeuvres subventionnées ou achetées par la Ville.
  • Renforcer l’accès à la formation musicale pour toute la population.
  • Renforcer le soutien à la relève et aux artistes émergent·e·s.
  • Renforcer la création et la production locales.
  • Faciliter l’accueil de tournages suisses ou étrangers sur le territoire de la commune et créer des incitations pour encourager les dépenses sur place, en termes
    d’emploi, de matériel et de services par la création d’un guichet de tournages, comme cela existe dans d’autres villes.
  • Renforcer les artistes émergent·e·s, notamment dans les arts visuels et l’art contemporain, en défendant une politique de rémunération des artistes indépendamment de la vente des œuvres, en soutenant davantage les espaces d’art indépendants et les festivals qui programment ce genre d’œuvres.
  • Encourager davantage la création et la production au sein des institutions lausannoises, des lieux de création (théâtres, espaces d’art, salles de concert, etc.) et des festivals. Développer notamment les résidences artistiques à Lausanne. Soutenir particulièrement les résidences offertes aux artistes lausannois·e·s ou favoriser les échanges avec des lieux de résidence à l’étranger.
  • Soutenir la relève littéraire et en particulier la création des premières œuvres.
  • Réunir les salles de cinéma de l’agglomération autour d’un projet commun pour assurer une offre diversifiée.

2.5 ÉDUCATION EN PHASE AVEC SON TEMPS

Lausanne est un pôle d’excellence grâce aux nombreuses écoles professionnelles et hautes écoles qui y sont installées. C’est aussi une ville formatrice, avec des centaines d’apprenti·e·s en formation chaque année. Les Vert·e·s souhaitent renforcer les liens entre Lausanne et ces espaces de formation ainsi que valoriser l’apprentissage. De plus, la Ville peut développer une politique de l’enfance ambitieuse grâce à son offre de crèches et aux écoles obligatoires présentes sur son territoire. Dans toutes les formations, des éléments de respect des autres, de l’environnement et de la nature doivent également être intégrés. Dans l’autre sens, les enfants et les jeunes doivent pouvoir trouver leur place et grandir en sécurité.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Garantir l’école et des formations pour tou·te·s, y compris pour les enfants sans papiers.
  • Compléter l’offre cantonale de bourses d’études pour les étudiant·e·s et les apprenti·e·s lausannois·es.
  • Soigner le lien de la Ville avec les hautes écoles présentes sur son territoire et liées à son nom.
  • Collaborer avec les hautes écoles pour un programme « Science et cité » afin de favoriser la micro-innovation scientifique, notamment dans les domaines de l’urbanisme, de l’énergie et du développement durable.
  • Étoffer le catalogue des activités de sensibilisation proposées aux écoles et aux lieux de vie enfantine, tant en faveur de l’environnement et la sensibilisation au réchauffement climatique (par exemple en incluant des modules zéro déchet ou de découvertes de la faune lausannoise) qu’à l’encontre des différents types de discriminations.
  • Exiger des crèches et des lieux de vie enfantine l’utilisation de matériaux naturels, sans danger pour la santé des enfants, en particulier sans perturbateurs endocriniens.
  • Assainir les bâtiments scolaires non seulement du point de vue énergétique, mais aussi pour les adapter aux changements climatiques, pour renforcer la biodiversité et pour favoriser la santé des enfants (préaux arborisés, toits végétalisés, biotopes, jardins et potagers scolaires).
  • Contribuer au développement de la mixité dans l’occupation des cours de récréation et des places de jeux.
  • Imaginer des bâtiments scolaires qui permettent la diversité des types d’enseignement, notamment avec des classes en extérieur.
  • Proposer un quart d’heure de lecture journalière pour tou·te·s dans toute la ville.
  • Proposer des stages et projets pour les jeunes en rupture ou en décrochage scolaire.
  • Mettre en place une campagne de prévention contre le harcèlement scolaire, en classe et sur les réseaux sociaux, particulièrement pour protéger les écolières et écoliers.

2.6 PAIX PUBLIQUE

La police a un rôle primordial dans le maintien de la paix publique, du sentiment de sécurité et de la cohésion sociale. Ce pouvoir s’accompagne de devoirs importants, d’une attitude irréprochable du corps de police et de la plus grande transparence dans ses activités pour conserver la confiance de la population. Nous voulons que tout·e·s puissent utiliser les rues, les infrastructures et les transports publics lausannois en toute sécurité et que la police ait les moyens de lutter contre la violence domestique avec efficacité et humanité. Nous soutenons une vie festive dynamique, créative et apaisée. La sécurité des piéton·ne·s et de toute la mobilité douce est également un aspect primordial pour les Vert·e·s.

DURANT CETTE LÉGISLATURE, LES VERT·E·S S’ENGAGENT À TOUT FAIRE POUR:

  • Renforcer le rôle de proximité de la police.
  • Améliorer et renforcer la formation des policières et policiers, notamment sur la lutte contre les discriminations (genre, LGBTIQ+), la problématique des délits de faciès (anti-racisme), les méthodes non violentes de résolution des conflits ou le principe de proportionnalité dans les interventions de police, particulièrement dans les cas d’état de nécessité.
  • Donner les moyens à la Ville de fidéliser les policières et policiers avec, par exemple, l’aménagement des horaires de travail ou des compensations.
  • Permettre le contrôle de l’activité policière par des instances indépendantes.
  • Renforcer la charte de responsabilité des clubs et soutenir le « label nuit » pour les établissements nocturnes qui mettent en place des mesures particulières pour pacifier la fête et assurer la sécurité de celles et ceux qui la font.
  • Lutter contre les intoxications malveillantes, de type drogue du violeur, en collaboration avec les acteurs·trices de la nuit et en offrant un meilleur accueil des victimes.
  • Instaurer des moyens légaux et administratifs de lutte contre les incivilités dans l’espace public et plus particulièrement le harcèlement de rue.
  • Renforcer la prévention du bruit à la sortie des établissements nocturnes, par exemple grâce à des chuchoteurs (ou médiateurs de nuit), en collaboration avec les établissements.
  • Promouvoir l’application qui permet à tout un chacun de signaler, en les localisant, les dégradations dans la ville : passages piétons dangereux, aménagements cyclables détériorés ou manquants, mais aussi déprédations de bâtiments.
  • Favoriser la conciliation extrajudiciaire autant que possible.

REJOIGNEZ LA VAGUE VERTE!

Engagez-vous, VOUS AUSSI,
pour plus de justice climatique,
pour plus de justice sociale!

Suivez nos actus sur les réseaux sociaux!